Carême 2017 : Méditation 5ème dimanche de Carême, par Marcel, diacre accompagnateur

service catéchuménat Sens Yonne


Evangile de Jean chapitre 11 versets 1 à 45 (Jn 11,1-45)


Quand j’ai grimpé la côte de Paron, ce matin, pour me rendre à la messe dominicale, je n’avais nullement l’impression de monter au Calvaire … Car la douce chaleur du soleil, le chant des oiseaux, les arbres en fleurs, les couleurs et les senteurs printanières, tout contribuait à créer une ambiance de résurrection. Comme si la nature sortait du tombeau de l’hiver …

D’autant plus que la liturgie nous proposait l’évangile de Lazare … Encore une affaire de résurrection !

Pour les catéchumènes qui seront baptisés à Pâques c’est le troisième scrutin : Le temps de la purification.

De quoi avons-nous besoin d’être purifiés me direz-vous ?

De tout ce qui nous rattache encore à l’Homme ancien en recherche de lumière, de tout ce qui nous empêche de découvrir le Christ ou qui entrave notre marche sur le chemin d’amour et de bonheur qu’Il propose à chacun de nous, de tout ce qui emprisonne ou empoisonne notre cœur et notre corps, et nous conduits vers les multiples morts de notre existence …
Ce passage de l’évangile de Jean est incroyable, et pourtant si Jésus fait des choses incroyables, c’est pour solliciter notre foi et nous amener à croire en suscitant notre adhésion : « Crois-tu cela ? » « C’est pour que vous croyiez »…

Pour les témoins de cette scène, ou pour les auditeurs de Jean, il y a plus qu’une allusion au passage du Livre d’Ezéchiel, le prophète, que nous avons entendu en première lecture : « Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai sortir, ô mon peuple (…) Vous saurez que je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai sortir … » (Ezéchiel 37,12-14).

Voir Lazare sortir du tombeau, c’est être placé devant l’accomplissement de la prophétie.

Tous les personnages sont amenés par Jésus à se prononcer sur leur foi : Les disciples, Marthe, Marie, les autres juifs : « Pour que vous croyiez » ; « Celui qui croit en moi, même s’il meurt vivra » ; « Crois-tu cela ? » ; « Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu » …

Les nombreux Juifs qui avaient vu crurent en Lui. Mais est-ce qu’ils ont cru parce qu’ils ont vu, ou c’est parce qu’ils ont d’abord cru qu’ils ont vu ? Jésus ne demande-t-il pas avant, à chacun, une profession de foi ? « Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ! »
Croire c’est avoir confiance. Et ce retour à la vie de Lazare, Jésus l’opère aux yeux de personnes dont il s’est assuré qu’ils croient … Sans voir ! La victoire de la vie sur la mort qu’ils voient, c’est avec les yeux de la foi. Le Credo que nous disons ensemble, nous n’en n’avons pas vu tous les articles et pourtant nous proclamons ce que la confiance nous inspire et nous fait dire …



Cette inspiration, c’est l’Esprit-Saint qui nous anime et qui anime son Eglise. Cet Esprit habite en chacun de nous depuis notre baptême. Il nous redonne vie et nous fait sortir de nos tombeaux, comme Lazare, après les petites morts que nous vivons parfois.

« Lazare, viens dehors ! »

L’appel à la vie vient du Christ, mais c’est à Lazare de se remettre debout malgré le linceul et les bandelettes qui l’entravent. Cela ne vous rappelle rien ?
L’Esprit qui a réanimé Lazare est le même Esprit qui a ressuscité Jésus. C’est ce que dit St Paul dans la seconde lecture : « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous » (Romains 8,8-11).

En Jésus, à Pâques, la Vie aura définitivement triomphé.

« Crois-tu cela ? »
A vous de voir !

Commentaires