Méditation du 26ème dimanche du temps ordinaire (A), par Marcel, Diacre accompagnateur

catéchuménat de Sens Paron Saint Clément



Evangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu chapitre 21 versets 28 à 32 (Mt 21,28-32)

Les textes d’aujourd’hui sont pleins d’espérance et nous rappellent une vérité importante pour le Seigneur : dans la vie, les jeux ne sont jamais faits. Il est toujours temps de se reprendre. Quelle que soit notre histoire, quels que soient nos refus précédents, un changement est toujours possible. Avec Jésus nous ne sommes jamais enfermés dans notre passé. Personne n’est figé dans ce qu’il a fait auparavant. L’avenir reste ouvert…

Pour Dieu, personne n’est étiqueté ou figé dans le temps. Il n’y a que des hommes et des femmes en pleine évolution qui avancent ou qui reculent. Les publicains et les prostituées ne sont pas meilleurs que les autres, mais ils entrent dans le Royaume parce qu’à un certain moment, ils ont changé de direction, ils se sont convertis.

La parabole des deux fils est un appel au changement et au renouveau. Dans la vigne du Seigneur, il y aura toujours de la place pour ceux et celles qui répondent à son invitation…

Les jeux ne sont jamais faits. Il est toujours possible de changer, de nous convertir, de repartir à zéro et de nous engager dans les voies de Dieu, c’est-à-dire, pour utiliser les mots de la parabole de l’évangile, de changer d’opinion et d’aller travailler dans la vigne du Seigneur là où nous sommes au travail, en famille, en paroisses… même si notre réponse était d’abord « non »

Prions le seigneur de nous guider pour que nous soyons attentifs aux appels que nous recevons. Soyons aussi assez humbles pour entendre l’appel que Dieu fait à nos proches, mais aussi aux catéchumènes que nous accompagnons, et pour ne pas l’étouffer, mais au contraire à les aider à oser dire « oui »… et à s’y tenir, pour que chacun puissent grandir en amour et en vérité sur le chemin du Christ… Cette petite voie de Thérèse de l’Enfant-Jésus que nous fêtons aujourd’hui, qui est la voie étroite de l’Evangile qui mène au Salut.

Commentaires